En moins de cinq ans, la technologie automobile a particulièrement progressé. Des options qui relevaient hier de la science-fiction s’imposent désormais.

1. Le régulateur de vitesse adaptatif
Inventé en 1945 par un américain aveugle, Ralph Teetor, le régulateur de vitesse fait son apparition en 1958 sur la Chrysler Imperial. Soixante ans plus tard, il s’est généralisé à quasiment toutes les voitures. Mieux, il est devenu adaptatif : le radar situé dans la calandre ou le pare-brise ajuste en permanence l’allure de la voiture en fonction de celle qui la précède. Il peut même s’adapter aux panneaux de signalisation (sur Mercedes) et aux ronds-points (sur Volkswagen). Le régulateur de vitesse adaptatif est désormais disponible pour moins de 500 euros chez de nombreux constructeurs (Ford, Renault, Citroën, Skoda…).

2. Les phares full-LED
Il y a eu les lampes halogènes, plus les phares au xénon et leur effet bleuté. Maintenant, les constructeurs adoptent les phares full LED. Leur spécificité : ils s’adaptent en permanence à la situation. Sur une route peu éclairée, ils illuminent jusqu’à 500 mètres d’une lumière douce, mais surtout, ils s’adaptent aux véhicules qui roulent sur la voie d’en face afin de ne pas les éblouir. De la même manière, ils s’adaptent dans les virages. Hélas, cette technologie dépasse souvent les 1 000 euros… quand les constructeurs la proposent. Chez les généralistes, Opel est le constructeur le plus en avance.

3. Le freinage d’urgence
Un piéton étourdi qui traverse, un enfant qui court après son ballon, un cycliste qui grille un feu… Sans le freinage d’urgence, ils auraient été percutés par la voiture. Ce système, qui les repère grâce à des capteurs, permet de gagner 2 à 3 secondes sur le temps de réaction humain et peut fonctionner jusqu’à 70 km/h, secouant au passage le conducteur et ses passagers. L’Union Européenne (et au total 50 pays) a décidé de le rendre obligatoire sur toutes les nouvelles voitures d’ici fin 2020.

4. L’assistance au maintien dans la voie
Dès que le marquage au sol est suffisant, la voiture détecte sa position entre les lignes. En cas de dérive et de sortie de voie, elle alerte le conducteur. Ce système, la majeure partie des voitures neuves en sont équipées de série. Mais désormais une avancée s’impose : l’assistance au maintien dans la voie. Si le conducteur se rapproche des lignes, le volant le remet au centre de la voie. Mieux, dans les virages, le volant tourne lui-même afin de conserver une trajectoire parfaite. Quand elle n’est pas de série, cette option est généralement incluse dans des « pack sécurité » à 800 ou 1000 euros.

5. L’avertisseur d’angles morts
Au moment de dépasser ou de se rabattre, la voiture qui précède est quelques secondes dans un « angle mort » : invisible dans le rétroviseur. Heureusement, les capteurs à ultra-sons situés dans la carrosserie détectent le véhicule. La voiture envoie alors des signaux au conducteur : un visuel par le biais d’un triangle ou un point lumineux dans le rétroviseur du côté où se trouve «l’automobile invisible» et un signal sonore. Une option qui n’est encore hélas pas appréciée à sa juste valeur. Conséquence : peu retenue par les automobilistes, elle reste facturée plus de 500 euros.